Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

A VISITER

TOGO

CARTE D’IDENTITE

Nom : TOGO (République togolaise) Région : Afrique de l’Ouest Capitale : Lomé Superficie : 56 600 Km2 Population (2015) : 7,5 millions Monnaie : Franc CFA Au Togo, la langue officielle est le Français. On y parle d’autres langues comme : EWE, KABYE…
Devise nationale : Travail, Liberté, Patrie Fête nationale : 27 Avril 1960
Le TOGO se situe sur le Golfe du Bénin. Il est encadré par ses voisins le Bénin et le Ghana. Au nord, il est bordé par le Burkina-Faso. Bordé au sud par l’atlantique, le Togo a 55 km de façade commune à la mer. La 1ière capitale du Togo était la ville d’ANEHO, une ville particulièrement historique située à environ 50 km de Lomé. D’autres principales villes du Togo : Atakpamé, Kpalimé, Kara, Sokodé
Le Président de la République togolaise est Faure GNASSINGBE. Le Togo compte de très belles villes, de magnifiques sites touristiques et de très beaux monuments.

Centre ville de Lomé                 Centre de loisir O’Lodge            Place de l’indépendance
Villes du Togo
a) Lomé Située au sud-ouest du Togo sur le golfe de Guinée, c’est la capitale administrative du pays depuis 1897. Démographiquement et économiquement, c’est aussi la principale ville du Togo. Sa fonction de nœud de communication, elle voit transiter la majeure partie du commerce du Togo, s’ajoute à la prépondérance commerciale et industrielle qu’elle a obtenue vis à vis des autres villes qui maillent le territoire. En février 1975 fut signée la convention de Lomé, accord de commerce et d’assistance entre l’Union européenne et certains pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique. Elle a depuis lors été renouvelée trois fois. Lomé a connu ces dernières années une urbanisation incontrôlée : les trottoirs et les rues du centre sont envahis par les marchands et la périphérie de la ville s’étend sans véritable plan directeur.

b) Sokodé
Sokodé est une ville de 70.000 habitants. Elle se situe au centre du Togo, entre les cours d’eau du Mo et du Mono.C’est un pôle commercial important pour les régions agricoles des environs.
c) Autres villes
Kara : 47.000 habitants,
Kpalimé : 38.500 habitants,
Dapaong : 30.000 habitants.
Près de 37 ethnies se répartissent sur le territoire togolais. La plus importante démographiquement, les Ewé, se localise principalement au centre et sur le littoral.
Origine du nom TOGO
Le nom Togo viendrait de l’EWE l’une des langues officielles du pays "Togodo" pour dire : l’autre côté de la rivière. A l’arrivée de l’explorateur allemand Natchigal le 4 Juillet 1884, il devrait rencontrer le roi MLAPA III de Togo ville qui habitait à Baguida afin de signer le 5 Juillet 1884, le trait de protectorat. Au premier contact, les allemands avaient du mal pour prononcer le mot "Togodo" d’où l’abréviation Togo pour désigner tout le territoire qu’ils allaient occuper plus tard. A sa naissance, "le Togo allemand" avait une superficie de 90.400 Km2 et englobait la volta qui se trouve actuellement au Ghana. Suite à la Première Guerre Mondiale, le pays fut divisé en deux territoires : le Togo occidental, avec 33 900 Km² administré par la Grande–Bretagne et le Togo oriental d’une superficie de 56 600 Km, placé sous mandat français. Seule la partie orientale constitue l’actuelle République Togolaise. Du sourire d'un petit enfant à une cascade au cœur de la forêt, le Togo se révèle comme le pays des petits miracles, une pierre précieuse étincelante au bord des eaux azurées du golfe du Bénin en Afrique Occidentale. Le Togo, pays de culture et de traditions, au passés dont les vestiges sont encore pleinement visibles aujourd’hui, constitue le sourire de l’Afrique où se retrouve encore de nos jours les cultes animistes incarnés par les nombreuses chapelles fétichistes de Glidji, les Legbas, et gardiens féticheurs, Le marché des féticheurs à Akodessewa, unique en son genre, et la grande fête vodou qui se tient le 1er ou le 2e jeudi de septembre. Quatre jours de festivités grandioses, cérémonies et danses, les empreintes d'une grande ferveur. Sur un fonds de culture et de festivités, un patrimoine riche et très diversifié exposant l’extrême beauté des folklores que chaque région offre lors de grandes manifestations, de spectaculaires démonstrations de chants et danses que la pratique d’une tradition séculaire a su garder à l’abri de toute dégradation. Dans ses mœurs et coutumes, dans ses chants et danses, dans ses contes et rythmes musicaux, le Togo est, sans nul doute, une véritable mine de valeurs culturelles authentiques.
Emblèmes nationaux
Devise nationale : Travail, Liberté, Patrie Drapeau
Adopté au moment de l’indépendance en 1960, le drapeau du Togo se compose de cinq bandes horizontales égales, trois vertes (en haut, au centre et en bas) et deux jaunes intercalées, et d’une étoile blanche dans un canton rouge. Cet agencement évoque le drapeau du Libéria. Il fut adopté suite à un concours lancé dans le pays en prévision de l’indépendance.
Les trois couleurs rouge, vert et jaune sont celles du panafricanisme, dérivées du drapeau de l'Éthiopie. Les bandes jaunes représentent également les ressources du sous-sol, les vertes la forêt et l’agriculture, ainsi que l’espérance, tandis que le rouge symbolise le sang versé par les martyrs de l’indépendance, et l’étoile l’espoir.
Ses dimensions sont celles d’un rectangle d'or (1 :1,618)
Hymne nationale :
Les paroles des 3 couplets de la Terre de Nos Ailleux

Couplet1
Salut à toi pays de nos aïeux,
Toi qui les rendais forts,
Paisibles et joyeux,
Cultivant vertu, vaillance,
Pour la postérité
Que viennent les tyrans,
Ton cœur soupire vers la liberté,
Togo debout, luttons sans défaillance,
Vainquons ou mourons, mais dans la dignité,
Grand Dieu, toi seul nous a exaltés,
Du Togo pour la prospérité,
Togolais viens, bâtissons la cité.



Couplet2
Dans l'unité nous voulons te servir,
C'est bien là de nos cœurs,
le plus ardent désir,
Clamons fort notre devise,
Que rien ne peut ternir.
Seul artisan de ton bonheur, ainsi que de ton avenir,
Brisons partout les chaînes de la traîtrise,
Et nous te jurons toujours fidélité,
Et aimer servir, se dépasser,
Faire encore de toi sans nous lasser,
Togo chéri, l'or de l'humanité.


Couplet3
Salut, Salut à l'Univers entier
Unissons nos efforts sur l'immense chantier
D'où naîtra toute nouvelle
La Grande Humanité
Partout au lieu de la misère, apportons la félicité.
Chassons du monde la haine rebelle
Finis l'esclavage et la Captivité
A l'étoile de la liberté,
Renouons la solidarité
Des Nations dans la fraternité.


Armoiries
Les armoiries du Togo furent approuvées le 14 mars 1962. Le blason est composé d'un champ d'or chargé des lettres RT, de gueules, signifiant les initiales du pays : “République Togolaise”
Le blason est soutenu par deux lions portant un arc et une flèche chacun. Dans la partie supérieure, on peut voir deux petits drapeaux nationaux, situés sous la ceinture d'or portant la devise officielle du pays : “Travail, Liberté, Patrie”. Autrefois, la devise était : “Union, Paix, Solidarité”
Les lions symbolisent la valeur du peuple togolais. Les deux flèches et les deux arcs demandent à tous les citoyens de prendre partie active à la défense de la liberté du pays.
Au Togo, les femmes représentent 51,4% de la population totale (RGPH, 2010). Sur le plan économique, elles représentent 53,7% des actifs contre 46,3% d’hommes. Elles constituent alors une force économique du pays.

Les femmes et AWEP au Togo

C’est clair que la femme togolaise tient une place très importante dans l’économie nationale, mais malheureusement, la grande majorité des femmes se trouve encore dans le secteur informel. Des associations comme l’AWEP-TOGO qui œuvrent particulièrement pour l’autonomisation de la gente féminine pourront ouvrir les portes à la résolution de nombreux problèmes comme celui de l’analphabétisme, du manque d’organisation structurée ou en réseau, des obstacles à la formalisation des PMI/PME féminines et le manque de formation sur les exigences qualité produits aussi bien au niveau local qu’à l’international.

En tentant de pallier les différentes difficultés auxquelles font face les femmes togolaises, ces dernières pourraient davantage s’illustrer économiquement pour impacter grandement le développement du Togo.

Les femmes et AGOA

A travers AWEP, les femmes entrepreneurs de l’Afrique subsaharienne se débattent pour figurer au devant de la scène économique de leur pays. Les femmes togolaises ne sont pas en marge de cette dynamique. En effet, les togolaises préparent déjà le 16ème forum de l’African Growth and Opportunity Act (AGOA) qui se tiendra à Lomé en août prochain. Evoluant désormais sous AGOA, les femmes en générale, les productrices, transformatrices ou chefs d’entreprises en particuliers, ambitionnent d’œuvrer au décollage de la production et de l’exportation au Togo. Pour y arriver, ces femmes comptent sur l’optimisation des outils d’industrialisation. Avec AWEP, les bases semblent bien posées pour que les femmes togolaises soient d’efficaces facteurs de croissance économique.

Les femmes et l’entreprise

Au Togo, les efforts fournis par le Ministère de l’action sociale, de la promotion de la femme et de l’alphabétisation en faveur des femmes ne cesse de produire des fruits. En effet, depuis l’adoption de nouvelles lois et règlementations favorisant l’entrepreneuriat féminin, le Togo fait des progrès considérables dans le domaine économique de la femme. Ainsi, aujourd’hui de plus en plus de femmes togolaises se positionnent en chefs d’entreprises. Une d’entre elles s’illustre déjà très bien sur le plan international : la togolaise Kayi Rose Mivedor. Cette femme d’affaire togolaise fait partie des 50 femmes les plus influentes d’Afrique. Encore quelques années et le Togo comptera sans doute une dizaine voire plus, de femmes du rang de Kayi Mivedor.

A VISITER ATOUTS

KPALIME, un véritable paradis vert



Situé au cœur de la région des plateaux et pays Ewé, Kpalimé est à 120 km au nord ouest de Lomé. Les paysages des environs sont considérés comme les plus beaux de tout le pays. Ils fournissent aussi plus de 80% de la production nationale de café et de cacao. Le Campement : Ancien hôpital allemand avant la guerre 14 – 18 demeure un site très agréable.

Kpalimé est également le plus important centre artisanal du pays où se sont installés un très grand nombre d’artistes et artisans: sculpteurs sur bois, batikeurs, potiers, tisserands, calebassiers,… La région de Kpalimé est réputée pour son cadre naturel et sa végétation de toute beauté, c’est le paradis vert du Togo. On se prête aisément à l’écotourisme. De nombreuses randonnées pédestres sont proposées à la découverte de la faune et de la flore tropicale. Kpalimé propose quelques unes des plus jolies forêts du Togo où foisonnent toutes sortes d’essences de bois tropicaux tels que les tecks, les acajous, les wawas et les irokos. Le paysage reste toujours vert même pendant la saison sèche.

La région est également riche en cascades naturelles où les visiteurs pourront se rafraîchir et se baigner entourés d’une végétation luxuriante. Parmi elles, La cascade d’Akrowa : A 11 km de Badou, cette magnifique cascade, haute de 35 m, descend à la verticale d’une source au cheminement souterrain. Son accès pour l’instant est réservé aux plus sportifs car il faut presque quarante minutes d’escalade pour se tremper dans ses eaux dont il parait posséder de précieuses vertus thérapeutiques. La Cascade d’Ayomé au sud d’Atakpamé, très agréable, au milieu des plantations de cacao, les cascades de Tomegbe, Wome, ou encore celle Kpimé valent réellement le détour.

L’une des fêtes traditionnelles de la région, la fête des moissons des Ewé d’Agou est appellée Gbagba-Za. C’est une manifestation culturo-religieuse des Ewe d’Agou. Plusieurs divinités gravitent autour de cette manifestation dont la déesse Gbagba constitue l’une des pièces maîtresses. Il en est de même pour Apetofia, l’une des divinités vénérées des forêts, des plaines et des montagnes d’Agou. Elle sort une fois l’an sous l’apparence d’un véritable fauve en grande parade pour rendre visite aux siens. La fête Gbagba donne le ton à la consommation de la nouvelle igname et est célébrée le 1 er samedi du mois d’août au chef lieu de la préfecture.

TOGOVILLE, un nom célèbre.

Togoville, le petit village qui a donné son nom à tout le pays, est la localité dont le chef traditionnel M’Lapa III signa les 4 et 5 juillet 1884 avec l’émissaire allemand, le Dr. G. Nachtigal, le traité de protectorat allemand. Ce gros village est situé sur la rive Nord du lac Togo, de l’autre côté de la lagune et semble éventré sur les flancs d’une colline en terre rouge. C’est de cette ville que de nombreux esclaves adeptes du culte du vaudou ont été emmenés en Haïti.

Togoville est également célèbre en tant que centre des pratiques religieuses animistes. Les dévots arrivent de tout le sud du Togo pour étudier et pratiquer leur religion. On voit des fétiches et des sculptures en bois devant beaucoup de maisons. Les pratiques et croyances animistes sont encore profondément ancrées dans la vie quotidienne des populations locales. Il existe des fétiches pour chacun des quartiers de Togoville. Des sacrifices sont offerts à ces vodou. Il n’est pas rare également de voir des femmes entrer en transe ou de rencontrer les prêtres vaudousi.

Aux abords du lac Togo se trouve la forêt sacrée où le Pape a rendu visite aux prêtres fétichistes en 1985. De même, la mission catholique un endroit vénéré par les catholiques, on y voit la barque qu’utilisa la vierge Marie pour faire une apparition en 1973 (endroit visité par le pape Jean Paul II en 1985). On compte beaucoup de couvents dans cette localité.

Deux célèbres marchés caractérisent la région : le marché de troc qui se tient tous les mercredis à Togoville : on y échange les produits de la terre contre ceux de la mer. Et le marché de Vogan, un marché nocturne qui s’anime tous les mardis et vendredis soirs. C’est aussi un lieu de rencontre avec la culture animiste et vaudou.

Aného, un prestige historique

A 50 km de Lomé, première capitale du Togo, Aného est pleine de souvenirs. Le charme désuet de ses maisons coloniales, construites entre la lagune et la mer rappelle la période prospère du commerce des esclaves et de l’ivoire.

Aného est le centre spirituel du peuple Guin-Mina où est célébréw Epe Ekpé, la fête historique des Guins. C’est sans doute l’une des cérémonies les plus importantes de toute l’Afrique de l’Ouest. Propre aux Guens venus du Ghana au 17ème siècle pour s’installer dans la région des lacs en 1663, Epe-Ekpe est l’occasion de la prise de la pierre sacrée (Kpessosso) qui demeure le noyau autour duquel tournent toutes les manifestations. Cette fête marque le début de l’année de l’ethnie Guin. Elle n’a pas de date fixe mais est généralement célébrée au mois de septembre de chaque année et quelques rares fois au mois d’août à Glidji Kpodji.

Jadis centre de la traite des Noirs, Aného fut le premier centre de l’administration allemande. Plus tard, elle devint la première capitale du territoire. De nos jours, Aného conserve l’âme d’une petite ville coloniale du 19ème siècle. C’est une cité paisible de pêcheurs et d’agriculteurs, un centre agricole réputé pour sa production de manioc, une culture vivrière importante. Aného regorge de bâtiments dont l’architecture est caractéristique de la période coloniale.

La vallée du Mono, près de la frontière du Bénin abrite une vie sauvage exotique où des hippopotames paressent dans les trous d’eau profonds de la rivière. Ces derniers sont encore plus nombreux dans la grande fosse de Tokpli. La région est aussi caractérisée par des fêtes traditionnelles et événements culturels réputés.
A VISITER TOGO EN IMAGE TOGO EN IMAGE

A la cascade de kpimé


Jeune artisan togolais


Cathédrale kpalime


Des fruits au Togo


Le Château Vial


Le monument de l’indépendance


Hotel Eda Oba


Le Palais des congrès à kara


Femme temberma séparant les graines de néré de leur pulpe jaune


Un étalage du marché aux fétiches


Marché aux fétiches à Lomé


épé-ékpé (fête traditionnelle Guin)


O’LODGE hôtel (AGBADRAFO)


Plage du MARCELO BEACH CLUB
Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.