Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

 

  • Doc sur AWEP

 

A l’origine….  

Face au constat du poids considérable que représentent les femmes dans les activités économiques de certains pays, le département d’Etat américain a toujours mis l’accent sur la participation féminine à la vie économique.

Motivé par sa politique de croissance économique globale, il décide d’associer les femmes africaines à la dynamique économique mondiale. Pour ce faire, il lance « AWEP », un programme international qui viendra booster l’implication des africaines dans le développement économique national et international.

 

Le programme « AWEP »?

 

 

 

 

 

 

historique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AWEP (African Women’s Entrepreneurship Program)  ou (Programme d’Entrepreneuriat des Femmes Africaines) est une initiative de sensibilisation, d’éducation et d’engagement qui incite les femmes entrepreneures d’Afrique à devenir de puissants vecteurs de croissance économique et des voies influentes pour le changement dans leurs communautés. Ce programme s’inscrit dans le cadre des nouvelles orientations de la politique du Secrétaire sur la promotion de l’égalité des sexes à travers la participation économique et civique en Afrique sub-saharienne.

 

AWEP a été officiellement lancé en Juillet 2010 à l’occasion du Forum AGOA de ladite année. Le premier évènement AWEP s’était tenu aux Etats-Unis et avait rassemblé 34 femmes entrepreneures des pays éligibles à l’AGOA pour un programme de deux semaines. Cet évènement a été l’occasion de définir les objectifs généraux de l’AWEP.

Pendant ces deux semaines, les 34 femmes ont eu l’occasion de rencontrer et d’échanger avec des acteurs de la politique américaine, des associations d’entreprises et d’industries, des membres de la société civile afro-américaine, des ONG qui luttent pour les opportunités économiques des femmes, le développement multilatéral  des organisations et les réseaux d’affaires. Ces échanges professionnels ont permis aux participantes de créer des réseaux de partenariats, de développer les techniques de plaidoyers et de communications, d’identifier les ressources qui permettront de faire évoluer l’entrepreneuriat féminin et de jouir pleinement des avantages du partenariat avec les Etats-Unis via AGOA.

En décembre 2010, l’ONG américaine de leadership féminin « Vital Voices » avec le soutien organisationnel du Département d’Etat américain et le soutien financier de la Fondation  ExxonMobil, avait organisé à Abuja au Nigéria, une formation de suivi à l’intention des 34 femmes entrepreneures. Un second programme de formation s’était ensuite tenu à Dakar, au Sénégal en Mars 2011.

Ces programmes de formation avaient pour but de :

-Offrir un cadre d’échange et d’informations sur les meilleures pratiques à adopter pour jouir d’une remarquable croissance économique avec de nouvelles opportunités d’affaires

-Réfléchir sur les facilités de la mise en œuvre des plans de développement économique

-Encourager les anciens membres de l’AWEP à fournir toujours plus d’effort pour la croissance économique et le développement social des femmes dans leurs communautés

-Inciter les femmes entrepreneures à jouir pleinement de l’AGOA en mettant en avant les témoignages et le dialogue avec les femmes qui ont réussi sous AGOA.

 

 

Que fait AWEP ?

AWEP identifie et construit les réseaux fiables d’entrepreneurs de femmes à travers l’Afrique subsaharienne en transformant leurs petites et moyennes entreprises d’exploitation et en devenant des voix pour le plaidoyer social dans leurs communautés. Les femmes sont la base de communautés et le plus grand potentiel du continent africain à exploiter pour la croissance économique.

 

 

 

2    Doc sur AGOA

 

AGOA 2, des améliorations majeures…

 

Votée en l’an 2000, l’AGOA a été renouvellée en 2015 soit 15 ans après sa promulgation. Aujourd’hui, les pays éligibles peuvent bénéficier des importantes améliorations apportées par l’AGOA 2.

 

Cette dernière viserait plusieurs objectifs :

  1. Intégrer la dérogation sur les tissus accordée aux pays tiers dans l’AGOA 2.0, balayer toute incertitude liée au renouvellement de cette disposition et veiller à ce que les exportateurs africains de vêtements restent compétitifs grâce à la souplesse dont ils bénéficient pour s’approvisionner en fils et en tissus dans des pays tiers
  2. Assouplir ses règles d’origine, et permettre ainsi aux pays répondant à ses conditions de bénéficier de la souplesse requise pour tirer parti de leur avantage comparatif
  3. Faciliter l’entrée des pays répondant à ses conditions dans la chaîne de production mon­diale, et modifier pour ce faire les règles d’origine de l’AGOA de sorte que les produits fabriqués dans le cadre de la chaîne d’approvisionnement mondiale bénéficient d’un accès hors droits de douane au marché américain lorsqu’un pourcen­tage donné du produit est d’origine africaine
  4. Permettre aux pays répondant aux conditions de la loi de bénéficier d’un accès au marché amé­ricain en franchise et sans contingent, et stimuler ainsi les exportations africaines aux États-Unis, en particulier les produits agricoles
  5. Remplacer la pratique du retrait unilatéral par la mise en place d’une procédure progressive qui permettrait à la CUA, aux CER et aux 30 pays voisins de stopper le cours d’événements politiques regrettables dans les pays répondant aux conditions de la loi
  6. Promouvoir l’investissement américain en Afrique en instaurant des incitations fiscales ci­blées. Il convient de prévoir plus précisément un taux de taxation zéro pour les revenus rapatriés par les entreprises américaines ayant investi dans les secteurs non extractifs
  7. Simplifier l’aide américaine à l’Afrique, et la rendre plus efficace en encourageant l’élaboration de pactes de l’AGOA dans les pays qui répondent aux conditions de la loi et disposent d’une stratégie nationale de réponse à l’AGOA
  8. Établir les fondations de l’Accord de libre-échange États-Unis-Afrique, en encourageant les efforts menés en vue de l’intégration régionale de l’Afrique. Le choix du moment doit tenir compte de la feuille de route sur l’intégration de l’Afrique, et ne pas fragmenter ou affaiblir ce processus
  9. Consolider le Forum annuel de l’AGOA, en instaurant une structure permettant, lors des discussions annuelles, un échange de vues sur le mécanisme de suivi et d’évaluation, et en favorisant la participation du secteur privé dans le cadre des forums nationaux Doing Business. Une feuille de route doit également envisager clairement de hisser le partenariat États-Unis- Afrique au niveau supérieur, en prévoyant la tenue de sommets États-Unis-Afrique au niveau des chefs d’État tous les deux ou trois ans.
  10. Etablir une nette distinction entre les Accords de Partenariats Economiques (APE) et l’AGOA afin d’éviter de lier les deux, car ce sont des arrangements commerciaux très différents et basés sur différents contextes historiques et économiques.

 

 

PAYS ELIGIBLES A AGOA

 

Pays bénéficiant de l’Accord en 2000

Pays ajouté en 2001

  •  Madagascar suspendu en 2010 puis réintégré en 2014

Pays ajouté en 2002

Pays ajoutés en 2003

Pays ajouté en 2004

Pays ajoutés en 2006

  •  Burundi (suspendu en 2015 à la suite de conflits politiques)
  •  Liberia

Pays ajouté en 2007

Pays ajoutés en 2008

Pays ajoutés en 2012

Pays rejetés en 2014

 

Pour connaitre la liste des gammes de produits éligibles dans ce protocole, consultez le site www.agoa.gov

 

 

AWEP DOCU

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.